Solaire : les Etats-Unis confirment des taxes anti-dumping jusqu'à 250% sur les produits chinois

Solaire : les Etats-Unis confirment des taxes anti-dumping jusqu'à 250% sur les produits chinois

Les taxes à l’importation de panneaux solaires chinois annoncées dans une décision préliminaire du département américain au commerce en mars dernier entreront en vigueur en novembre, avec effet rétroactif.

Le département américain au Commerce l’a confirmé jeudi. Conformément à une décision préliminaire prise en mai suite à une plainte déposée par la filiale américaine de l’allemand SolarWorld, les États-Unis appliqueront bien des taxes à l’importation de produits solaires chinois pouvant aller jusqu’à 250%. Ces taxes se décomposent en deux parties, l’une liée au dumping dont les Américains accusent les Chinois, l’autre ayant pour objet de compenser les aides (jugées abusives par les industriels américains) dont bénéficient les fabricants chinois de la part de leur gouvernement. La plainte accusait en effet la Chine de vendre aux États-Unis des cellules solaires à un prix de 18 à 250% inférieur au prix juste. Cette confirmation s’inscrit dans un contexte de tension commerciale croissante entre la Chine et les États-Unis

Ces derniers, par la voix d’Obama lui-même,  se sont récemment opposés au rachat par une société chinoise de quatre fermes éoliennes américaines, décision qui fait d’ailleurs l’objet d’une poursuite juridique.

Les leaders chinois taxés à moins de 50%

Les Chinois Suntech Power, Trina Solar, Yingli ou Canadiansolar, les plus gros fabricants au monde et les plus présents sur les marchés occidentaux, seront soumis à des taxes dont le cumul ne dépasse pas 50%. Une soixantaine d’entreprises sont dans une situation similaire, mais toutes celles qui ne sont pas encore présentes sur le marché américain seront frappées de taxes de 250%. Autant dire, interdites d’exportations vers les États-Unis.

Sous réserve de l’accord de la US International Trade commission, ces taxes s’appliqueront donc à partir de novembre, de façon rétroactive jusqu’à 90 jours avant la toute première annonce de mars 2012.
Mais, au grand dam de SolarWorld, les panneaux dont au moins une partie est fabriquée en-dehors de Chine sont exemptés de ces taxes.

La crainte d’une guerre commerciale

La Chine, de son côté, a également ouvert le mois dernier une enquête pour déterminer si les prix du silicium pratiqués par les Américains étaient bien conformes aux règles internationales du commerce. C’est exactement le type de mesure de rétorsion que craignent certains acteurs occidentaux du solaire, aux États-Unis comme en Europe.

Comme le rappelait à la Tribune il y a quelques jours,Yves Hamel, directeur du développement France et Benelux de Canadiansolar, «tout est étroitement imbriqué. Le silicium et les machines outils utilisées en Chine sont fabriqués en Europe, tout comme les lignes automatiques dans lesquelles, par exemple, Canadiansolar a massivement investi récemment pour ses usines en Chine.» Canadiansolar est membre de l’AFASE (Alliance for affordable solar energy), qui se bat contre une plainte de même nature déposée à Bruxelles par un groupe d’industriels emmenés par le même SolarWorld.

Source : Dominique Pialot, La Tribune.fr
No Comments

Post a Comment