Professionnels, Etat, régions : mêlée générale autour des prix de l'énergie solaire

Professionnels, Etat, régions : mêlée générale autour des prix de l'énergie solaire

Loin des «mesures d’urgence» en faveur du solaire et de l’éolien annoncées par le gouvernement dans la foulée de la Conférence environnementale, un projet d’arrêté communiqué la semaine dernière aux acteurs français du solaire suscite une levée de boucliers et le dépôt de nombreux amendements.
Certes, le projet transmis aux acteurs du solaire le 6 novembre dernier comporte quelques bonnes nouvelles. Notamment la bonification de 10% du tarif de rachat des projets utilisant du matériel produit en partie en Europe, le doublement des volumes provoquant des baisses de tarifs sur les installations de petite taille et la confirmation de la hausse de 5% annoncée sur les toitures de taille moyenne.
Une baisse de 20% à effet rétroactif

Mais l’annonce d’une baisse de 20% du tarif T5 qui passerait ainsi de 102,40 euros à 84 euros le mégawatheure (MWh), avec effet rétroactif au 1er octobre, accordé aux installations d’une taille supérieure à 100 kWh (la grande majorité des capacités installées en France), fait face à un front uni de tous les acteurs de la filière.

Même le Syndicat des énergies renouvelables, qui s’était dans un premier temps déclaré «globalement satisfait» des nouveaux tarifs proposés, est revenu sur ces premières déclarations et déposera un amendement demandant le maintien de ce tarif. Tout comme le CLER (comité de liaison des énergies renouvelables) ou Enerplan.

La suite de l’article sur La Tribune.fr
No Comments

Post a Comment