Mongolie : GDF Suez croit au potentiel à long terme du pays

Mongolie : GDF Suez croit au potentiel à long terme du pays

Le groupe français va très probablement participer à la construction d’une centrale dans la capitale. Mais il voit plus loin.

Dans cet élégant restaurant d’Oulan-Bator, on pénètre guidé par des lampes de poche et l’on apprend rapidement qu’en ce début d’hiver, il n’y aura aujourd’hui que des salades au menu. La faute à la panne de courant qui vient de s’abattre sur ce secteur de la ville. L’électricité reviendra un quart d’heure plus tard. Mais cet épisode, dans un district qui comprend aussi le gouvernement, en dit long sur la situation énergétique de la capitale mongole. Plus de 40 ans que la ville n’a pas investi dans une centrale électrique ! Les vieilles installations, de facture soviétique, sont loin de fournir le nécessaire aux 1,3 million d’habitants qui subissent parfois des températures inférieures à – 40 degrés Celsius. Plus de la moitié d’entre eux n’ont pas accès au réseau urbain de chaleur.

Extrême pollution

Les conséquences écologiques sont dramatiques : les vieilles centrales sont très polluantes, et surtout, plus de 500.000 habitants se chauffent individuellement au charbon, faisant d’Oulan-Bator la capitale la plus polluée au monde. D’où le grand projet des autorités : une nouvelle centrale de cogénération, aux standards modernes en matière d’émission de particules. Un chantier à 1,5 milliard de dollars auquel GDF Suez est sur le point de participer.

La suite de l’article sur Les Echos.fr
No Comments

Post a Comment