L'UE veut soutenir l'intégration politique et économique du Maghreb

L'UE veut soutenir l'intégration politique et économique du Maghreb

L’ Union européenne a présenté mercredi une série de propositions pour soutenir un renforcement de l’intégration politique et économique des pays du Maghreb, notamment vers un marché intégré de l’énergie renouvelable, dans la foulée des bouleversements du Printemps arabe.

La communication a été présentée par la Commission européenne et par la Haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères, Catherine Ashton, qui vont maintenant en débattre avec les États membres de l’UE et avec les pays concernés.
Soulignant que le Maghreb est une des régions du monde les moins intégrées, elle souligne que selon plusieurs études, une plus forte intégration des cinq pays (Algérie, Libye, Mauritanie, Maroc et Tunisie) pourrait accroître la richesse de chacun des pays de 1 à 2% par an.
L’UE reconnaît aussi qu’elle-même a intérêt au renforcement de l’intégration du Maghreb, « facteur de stabilité ».
Elle souhaite un renforcement du dialogue politique entre ces pays, notamment en matière de sécurité et de défense, ainsi que de droits de l’homme et de démocratisation.

Concrètement, elle propose de soutenir la modernisation des systèmes judiciaires des pays du Maghreb ou encore de lancer un programme de soutien aux médias.
Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, elle suggère des contacts réguliers entre le personnel militaire de l’UE et les autorités locales et la fourniture de conseils techniques.
L’UE souhaite un développement du dialogue entre l’UE et les initiatives régionales telles que l’Union du Maghreb arabe et le Forum 5+5 regroupant les cinq pays du Maghreb et cinq pays du sud de l’Europe.
Les Européens plaident aussi pour une plus grande intégration économique. Ils font des propositions pour aider au développement du secteur privé, via des réseaux de banques et de milieux d’affaires, et à une meilleure intégration commerciale.
Cela passe aussi par une amélioration des infrastructures, en matière de transports et de réseaux d’information, pour lesquelles l’UE propose son assistance technique.
Elle insiste particulièrement sur le secteur de l’énergie, notamment des énergies renouvelables, avec la perspective de créer un « marché intégré de l’énergie ». C’est « un domaine où l’intégration maghrébine pourrait avoir des bénéfices à la fois pour les pays partenaires et, à plus long terme, pour l’Union européenne en ouvrant la voie à l’exportation d’électricité d’origine renouvelable », souligne le document.
L’UE évoque aussi l’environnement et le changement climatique, ainsi que la protection civile.

Source : Les Echos.fr
No Comments

Post a Comment